Gundam Seed Mobile Suit RP


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La sérénité du désert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maryu
Blitz
avatar

Féminin Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 10/02/2006

Carte d'accès
Race: Naturelle
Camp: Forces Fédérales Terriennes
Compétences: stratégie, Commandant, compréhension

MessageSujet: La sérénité du désert   Mer 1 Nov 2006 - 21:26

C’était le moment. Miriallia inspira profondément.

-Commandant ?

Maryu la considéra avec attention, l’air interrogateur. Le sérieux de la jeune fille, son visage tourmenté, tout laissait à penser que quelque chose de grave la préoccupait.

-« Que se passe-t-il, Miriallia ? » questionna doucement le commandant.

Miriallia n’hésita qu’une seconde.

-« Avec votre permission, je souhaiterais passer quelques jours seule dans le désert pour… pour réfléchir » débita-t-elle d’une traite. Elle se maudit aussitôt. Quelle idée de présenter les choses ainsi, de but en blanc, sans expliquer tout d’abord ses motivations. Sa requête devait semblée vaine et puérile. Elle n’osa pourtant pas reprendre la parole.

De fait, Maryu s’était figée, déconcertée par l’étrange demande de Miriallia. Demeurer seule quelques jours dans le désert… Voilà qui était pour le moins inhabituel ! Inhabituel et déplacé, vu la situation dans laquelle tous étaient plongés. On était au cœur d’une guerre cruelle et sans merci (ne le sont-elles pas d’ailleurs toutes ?) qui menaçait l’existence même de l’humanité, ZAFT pouvait réattaquer d’un instant à l’autre un Archangel considérablement affaibli depuis leur dernière escarmouche, et on venait lui réclamer à elle, commandant de ce vaisseau, ce qui, somme toute, s’apparentait à une permission !

C’aurait pu être risible, si le contexte n’était pas aussi dramatique. Pourtant, étrangement, Maryu ne ressentait ni colère ni mépris à l’égard de Miriallia. Bien au contraire, elle éprouvait plutôt une profonde compassion pour la jeune fille, qui devait avoir de sérieuses raisons pour risquer une demande aussi osée, raisons que le commandant désirait connaître.

Miriallia, de son côté, n’avait pu suivre le cheminement de la pensée de Maryu. Le visage de cette dernière, d’ordinaire expressif, s’était fermé lorsque la jeune fille avait réclamé l’autorisation de se « recueillir » dans le désert, et le commandant était demeuré impassible tout le temps qu’elle réfléchissait. Miriallia perçut cette absence de réaction comme un refus, et c’était avec amertume et désespoir qu’elle attendait, raide, les réprimandes méritées qu’elle n’allait pas tarder à recevoir.


Quelle ne fut donc pas sa surprise lorsque la voix de Maryu s’éleva, impérieuse mais paisible :

-« Explique-moi, Miriallia » fit-elle seulement.

Miriallia releva la tête, et croisa le regard limpide et lumineux du commandant Ramius. La jeune fille n’y lut que bienveillance et intérêt sincère. Et Miriallia craqua. Elle dévoila tout à Maryu : son sentiment nouveau d’infériorité vis-à-vis des Coordinateurs, le plaisir coupable qu’elle éprouvait à les mitrailler aux commandes de son Sky Grasper… Elle avait perdu de vue la raison de son entretien avec Maryu, seul importait désormais ce flux de paroles qui sortait d’elle, enfin libéré, tous ses doutes, ses peurs ses tentions, enfin admises et partagées.

Le commandant écoutait sans mot dire, laissant sa jeune interlocutrice se décharger de son trop lourd fardeau. Lorsqu’elle se tut finalement, Maryu n’hésita pas :

-J’accède à votre requête. Demain à l’aube, vous quittez l’Archangel, seule, à bord du Sky Grasper. Les réparations de l’Archangel dureront vraisemblablement 2 semaines, soyez de retour à bord d’ici là. Bonne chance, Miriallia.

Miriallia, abasourdie et heureuse, ouvrit la bouche pour remercier Maryu, mais la communication était déjà coupée.

A l’autre bout du vaisseau, le commandant Ramius se laissa aller contre le dossier de son fauteuil, songeuse. Elle avait pris la bonne décision. Mwu La Fraga l’approuverait, elle en était sure. Quant à Bajirule… Eh bien, elle serait juste plus difficile à convaincre ! Maryu sourit et, s’extirpant souplement du fauteuil, s’élança dans le couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miriallia
La petite fée de l'Archangel
avatar

Féminin Nombre de messages : 2057
Date d'inscription : 20/12/2005

Carte d'accès
Race: Naturelle
Camp: Orb
Compétences: pilote de SkyGrasper, soldat 2me classe, soutien moral

MessageSujet: Re: La sérénité du désert   Mer 1 Nov 2006 - 22:34

Miriallia resta un long moment devant l'écran éteint. Elle ne bougea pas d'un centimètre, complètement absorbée par le flot de pensées qui l'envahissaient. Maryu ne sauraient jamais à quel point elle lui était redevable. La jeune fille n'aurait jamais cru que le commandant accepterait. Sa requête était folle, Miriallia le savait, mais Maryu avait pris le temps de réfléchir et d'écouter ses motivations. Elle n'avait pas accordé ce temps tellement important aux yeux de Miriallia dans le vent, sa décision était mûre et sûre.
Miriallia ne se livra à aucune démonstration de joie, cela lui semblait totalement déplacé. Au contraire, elle regrettait de se laisser aller au point de devoir quitter l'Archangel pour réfléchir. Les Coordinateurs... Miriallia soupira. Quoi qu'elle fasse, ils revenaient au coeur de ses préoccupations. Barricadant ses angoisses le temps de tout préparer, elle rangea rapidement ses effets personnels et n'emporta que le strict nécessaire. Elle voulait passer ces deux semaines dans le dénuement le plus simple possible. Puis, au moment de quitter la pièce, elle pensa à Saï, Tollë, Kazui et surtout... Kira. Que penseraient-ils de son absence ? Croiraient-ils qu'elle avait elle aussi déserté, à la manière de Flay ? Non ! Elle ne voulait absolument pas qu'on s'inquiète pour elle. Ni qu'on la considère comme une lâche. Elle revint sur ses pas, prit un crayon et un papier, avant de griffoner quelques mots en toute hâte. Elle voulait éviter de croiser quelqu'un. Elle serait alors obligée de tout expliquer, de tout dévoiler. C'était bien plus évident par le biais de l'écrit, vu son état. Elle aurait le courage de les affronter en face à son retour.
En traversant les longs couloirs de l'Archangel, Miriallia croisa le commandant Ramius. Elle s'arrêta net, un peu gênée, et hésita sur la conduite à adopter. C'était sans compter sur la douceur et la compréhension de Maryu. La jeune femme lui adressa un clin d'oeil complice et continua sa route comme si de rien n'était. Soulagée, Miriallia repartit, le coeur battant.
Quand elle arriva aux hangars, elle se sentit étrangement libre. Elle avait les moyens et la volonté de réaliser ce dont elle avait à présent cruellement besoin, et ce sentiment la rendait plus sereine. En armant le SkyGrasper3, elle eut une pensée pour M'Yen. Malgré le petit accrochage de la fin des négociations où elle avait eu envie de le tuer, Miriallia le trouvait vraiment sympathique. Elle se demanda en souriant où pouvait bien voguer son vaisseau fantôme, l'Angel. Sûrement vers les horizons de liberté que requérrait son maître...
Mais M'Yen était un Coordinateur. Décidément, tout la ramenait à ces êtres. Elle avait beau fermer les yeux à chaque fois, ils s'imposaient sans cesse à son esprit. Et puis, Miriallia savait que c'était se leurrer que de les ignorer. Ils formaient tout de même un pourcentage élevé de la population...
Quelques minutes plus tard, avec la bénédiction du commandant, le SkyGrasper3 s'envolait sur l'azur clair du désert. Miriallia resta longtemps à bord de celui qui était devenu son compagnon attitré de vol. Elle parcourut des kilomètres en perdant toute notion de distance. Enfin, elle décida de s'arrêter. Elle posa le SkyGrasper3, le recouvrit d'une bâche de protection et regarda autour d'elle avant de se draper d'un tissu à la manière des autochtones. Elle savait qu'elle ferait une cible facile, mais peu lui importait. Autour d'elle, il n'y avait que du sable. Personne ne se risquerait dans le coin. De fait, Miriallia pensait être éloignée de toute présence humaine. Elle respira profondément l'air suffocant des immensités désertiques qui l'entouraient. Et elle se sentit vivante, à travers la sensation que lui procurait l'oxygène en brûlant ses poumons.
Miriallia s'assit sur le sable chaud du désert. Elle avait emporté des vivres, suffisamment pour survivre mais elle allait être dans une solitude complète. Elle pourrait enfin s'accorder le temps qu'elle se refusait depuis si longtemps. Elle se mit dans sa position favorite, menton contre les genoux bien serrés et regarda l'horizon, en savourant son isolement. Personne ne viendrait la déranger...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spacegundam.actifforum.com/fiches-validees-f7/miriallia-t
Cagalli
La tigresse du désert
La tigresse du désert
avatar

Féminin Nombre de messages : 4401
Age : 26
Date d'inscription : 09/12/2005

Carte d'accès
Race: Naturelle
Camp: Orb
Compétences: Vivacité d’esprit et pilote en tout genre

MessageSujet: Re: La sérénité du désert   Jeu 2 Nov 2006 - 0:16

Cagalli qui, une fois de plus, avait malicieusement échappé à la surveillance draconienne de son papounet courut discrètement vers le hangar trois. Elle réussit à échapper à la ronde des gardes en se faufilant le long des murs projetant un mètre d’obscurité à leurs pieds. Seuls ses yeux brillants malicieusement dans le noir des ombres, la jeune tigresse arriva rapidement à son skygrasper. C’est alors qu’elle aperçut le mécanicien toujours à réparer la machine. Surprise elle s’écria étonnée :

« - Comment Joris ? Tu n’as toujours pas terminé ? Tu m’avais dit qu’il serait sûrement prêt avant midi ! Et le soleil a déjà depuis longtemps quitté son zénith !

- Ah la jeune demoiselle est déjà de retour ! Et bien non je n’ai pas eu le temps ! Votre père m’a demandé de d’abord réparer l’escadrille du hangar numéro six qui revient d’un tour qui lui a valu pas mal de dégâts mécaniques. Alors évidement... je ne suis pas un surhomme moi ! »

Evidement, évidement pensa la jeune fille… elle expira bruyamment montrant ainsi son mécontentement. Aaargh ce Joris ! Qu’est-ce qu’il l’énervait ! Avec son accent et ses petites manies à toujours obéir au doigt et à l’œil à son cher petit papounet… Furieuse, elle faisait les cents pas devant la machine… sa machine. Une solution elle voulait une solution… Quand soudain elle eut une illumination ! Après tout c’était trop bête d’avoir fait tout ce chemin pour rien ! Et puis…la tentation était trop forte … La demoiselle devant les indignations du réparateur sauta dans le cockpit, mit son casque et appuya sur le bouton qui fit glisser la vitre de protection. Le regard pétillant, d’un geste brusque, rapide mais précis elle enclencha le bouton de lancement. Trente secondes passèrent puis la jeune princesse dû retirer son casque… elle devait se rendre à l’évidence… grosse déception. Ce foutu Joris avait dû enlever les deux bonbonnes d’énergie qui alimentaient le sky et l’écran ne voulait pas s’allumer ! Aaaaaaaaaaaaargh elle avait lamentablement échouée ! Elle leva les yeux et aperçut alors Joris qui était devant la machine affichant un air victorieux… Grrr il ne perdait rien pour attendre ! Mimant un air triste et malheureux elle lui dit en descendant de la machine d’une démarche lente et fatiguée :

« - Joris… il n’y aurait vraiment pas moyen que je puisse décoller deux minutes… juste deux toute riquiqui minutes ?...s’il te plaît… »

La jeune fille paraissait accablée, au bord des larmes tandis qu’en elle, elle ricanait en voyant le regard du mécanicien s’adoucir… avait t’elle gagné ?

« - Ah moi je veux bien jeune demoiselle mais c’est votre père qui… »

Arf il fallait couper vite tout ça sinon c’était foutu ! Elle s’empressa de le couper :

« - Laissez mon père deux minutes de côté Joris… vous rendez-vous compte que vous êtes entrain de gâcher le rêve d’une petite fille que vous adoré ? »

Zut elle était allée trop loin... voila le visage de Joris qui se crispait, ses sourcils se fronçaient… Il allait crier :


« - Ca suffit petite demoiselle ! Les ordres sont les ordres ! Je crois d’ailleurs savoir que vous ne devriez pas être ici ! Filez si vous ne voulez pas que je rapporte tout à votre père ! »

Eeeeh zut ! C’était perdu ! La jeune fille abandonna toutes mimiques pour d’un pas furieux et jurant entre ses dents sortir du hangar. Sa démarche sûre, rapide, la conduisit dans le désert. Elle respira un grand coup cette odeur sablée… et aperçut alors soudainement une jeune fille de son âge, assise seule et pensive. Sans hésiter Cagalli s’assit à côté d’elle ne prêtant pas attention à l’élan de surprise qui venait de surprendre l’étrangère. La petite tigresse regarda la jeune fille et quand leurs regards se croisèrent elle sentit qu’un lien les unissait. Le courant passa directement et Cagalli se décida à lui parler. Dans la continuation de ce qui lui était arrivé elle commença un monologue n’hésitant pas à casser un maximum de sucre sur le méchant Joris ! L’autre acquisait de temps en temps encourageant Cagalli par le regard… bizarrement la jeune tigresse se sentait en confiance. Elle lui demanda alors :

« - Et toi ? Qui es tu ? Je ne t’ai jamais vu par ici ! Et par tous les tigres je serais prête à jurer que tu n’es pas d’ici ! »

C’était une évidence aux yeux de Cagalli mais voyant que l’étrangère réfléchissait elle ne rajouta une couche avec ce qu’elle pensait du désert et de ses habitants. Bien qu’elle ne le dise pas, il apparaissait clairement que Cagalli se demandait ce que faisait cette jeune fille dans le désert toute seule.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spacegundam.actifforum.com
Miriallia
La petite fée de l'Archangel
avatar

Féminin Nombre de messages : 2057
Date d'inscription : 20/12/2005

Carte d'accès
Race: Naturelle
Camp: Orb
Compétences: pilote de SkyGrasper, soldat 2me classe, soutien moral

MessageSujet: Re: La sérénité du désert   Jeu 2 Nov 2006 - 19:39

Miriallia se troubla en voyant arriver l'étrangère aux yeux d'or. Elle qui pensait être seule, loin de tout ! Ce début d'après-midi lui avait bien plu, elle avait eu l'occasion de s'apaiser, mais elle ne souhaitait pas de compagnie humaine. Pourtant, en regardant la superbe jeune fille qui venait de l'aborder, elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'un peu de conversation avec une fille originaire du désert lui ferait le plus grand bien. La fille était éclatante de santé et de vigueur, elle le prouva en s'énervant comme une folle sur un certain Joris, sans s'apercevoir qu'elle ne l'avait jamais vue. C'était vrai, elles ne se connaissaient ni d'Ève ni d'Adam... Miriallia l'aurait juré, elles avaient quelque chose en commun. Ses yeux... avaient une beauté particulière. Un courant d'affection indéfectible les liait. Au plus profond de son regard, Miriallia lisait une compréhension mutuelle, une complicité aussi inattendue que certaine, une amitié complètement irrationnelle. C'était comme une intime conviction que vous êtes certain de trouver au plus profond de vous-même. Là, Miriallia ressentait la même soif de liberté, les mêmes entraves, les mêmes sentiments dans le coeur limpide de son interlocutrice. Soufflée qu'une telle personne puisse exister, Miriallia décida de lui ouvrir ses pensées.
L'étrangère lui avait parlé d'un ton tout à fait anodin, empli de joie. Elle lui répondit d'une manière plus tranquille, mais tout aussi sympathique :


- Je me nomme Miriallia.

Elle allait continuer lorsqu'elle se rendit compte qu'elle risquait de se lancer dans une discussion dont elle ne voyant que vaguement les tenants et absolument pas les aboutissants. Elle ressentait le besoin de se confier, mais elle tenait tout de même à conaître le nom de la jeune fille aux yeux si purs. Elle reprit d'un ton beaucoup plus vif :

- Mais... présente-toi ! C'est vrai, je ne suis pas d'ici, mais tu pourrais faire preuve d'un peu de tenue et te présenter la première, mademoiselle la tigresse !

La jeune étrangère éclata de rire en entendant sa réponse. Décidément, cette fille sortie de nulle part et assise sur la sable à réfléchir loin de tout lui plaisait. Elle sourit à Miriallia et lui répondit :

- Je vois... Ok, je me présente selon l'usage... je m'appelle Cagalli. Et je suis une résistante du Désert de l'Aube...

Elle lui parla longuement de la résistance, puis sembla se souvenir de sa question et s'écria :

- Mais tu ne m'as toujours pas répondu ! Qui es-tu vraiment ? Et que fais-tu toute seule en plein milieu du désert ?

Miriallia sourit à son tour. Cagalli en avait oublié sa question de base, emballée qu'elle était par ses objectifs. Elle s'était confiée sans retenue...Miriallia appréciait vraiment cette jeune fille qui lui était apparue soudainement. Sa franchise, sa manière de parler du Désert de l'Aube... ses convictions. Miriallia admirait sa franchise et son assurance. Cette fille-là ne doutait jamais, c'était certain. Elle résolut de répondre à sa question, elle avait bien assez dévié comme ça...

- En fait, je suis dans le désert pour réfléchir à ma situation actuelle. J'appartiens à l'équipage de l'Archangel, où je suis opérateur et depuis peu, pilote. Ce... C'est assez difficile à expliquer, mais je ne me sens pas tout à fait à ma place. Je voudrais... savoir ce que représentent les Coordinateurs pour moi. Réfléchir à la question : "est-ce que je les hais vraiment ?" ou "pourquoi suis-je en guerre avec eux ?". Quelle est ma propre part au conflit ? Je... ce sont des questions débiles, sourit Miriallia en baissant la tête. Mais elle remarqua avec étonnement que Cagalli l'écoutait sérieusement, sans se moquer. Elle reprit : Tant que je ne saurai pas exactement ce que je ressens, je ne pourrai pas me battre sur l'Archangel. En plus, j'ai tendance à beaucoup veiller sur les autres (je ne veux pas dire que je suis mêle-tout, mais je ne supporte pas de voir quelqu'un de mon entourage triste ou malheureux, alors...), ce qui m'empêche de penser à moi... voilà, pourquoi j'ai besoin de m'isoler pour réfléchir un bon coup. Je sais qu'une fois que j'aurai choisi... plus rien ne me détournera de ma voie...

Une petit silence s'écoula.

- Qu'en penses-tu ? Tu me trouves bizarre, je suppose ?

ajouta Miriallia après un petit silence. Elle sourit, et regarda Cagalli dans les yeux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spacegundam.actifforum.com/fiches-validees-f7/miriallia-t
Cagalli
La tigresse du désert
La tigresse du désert
avatar

Féminin Nombre de messages : 4401
Age : 26
Date d'inscription : 09/12/2005

Carte d'accès
Race: Naturelle
Camp: Orb
Compétences: Vivacité d’esprit et pilote en tout genre

MessageSujet: Re: La sérénité du désert   Lun 12 Mai 2008 - 16:04

Cagalli l'écouta en silence. Quelque part au fond d'elle en se reconnaissait dans la façon de penser de Miriallia. Dans une guerre tout le monde à besoin à un moment ou un autre de se remettre en question et de s'assurer qu'il est bien dans le bon camp. Son camp, elle, ne l'avait pas vraiment choisi, elle était né comme cela et c'était ainsi qu'elle devait vivre. Mais la cause qu'elle défendait, elle était persuadée que c'était la meilleure. L'archangel, elle avait déjà entendu ce nom plusieurs fois. De ses souvenirs son équipage avait toujours été en plus ou moins bonne relation avec Orb. Si en tant normal Cagalli n'était pas une très grand psychologue, elle fit comme même part de ses impressions à la jeune fille pour qui étrangement elle ressentait un lien spécial :

- Non je te trouve normale. Tout le monde, peu importe le camp où il est, se pose cette question. Je crois que c'est important de se la poser. Moi je connais des coordinateurs tu sais, et je les trouve très gentils, enfin pas tous mais souvent. Enfin, je sais pas répondre pour toi à ta question mais je peux te mener à quelqu'un qui saura sans doute t'aider. Il s'agit d'un docteur qui a travaillé longtemps dans la recherche. J'ai entendu dire qu'à l'époque il travaillait comme technicien des Gundams. On l'a banni je ne sais plus pour quelle raison, enfin je sais où il habite. Si tu veux je peux t'y mener.

Cagalli laissait la réponse libre. Dix minutes passèrent puis Miriallia acquiesça et la suivit. Cagalli la fit encore attendre quelques minutes puis revient avec une machine ressemblant à une moto bien trafiquée. Cagalli jeta un casque à Miriallia et lui cria pour couvrir le moteur :

- Monte, c'est pas tout près!

Miriallia monta à l'arrière et dut s'accrocher à la conductrice car cette dernière aimait conduire vite et ...euh... parfois ne maitrisait pas entièrement les manœuvres ! Cependant Cagalli essaya de rester la plupart du temps la plus droite possible pour ne pas rendre malade sa pauvre nouvelle amie.
Enfin après une heure de route elles descendirent.
L'endroit était totalement désert. Seul un immense rocher se dressait devant elles, une faille servait d'ouverture. Cagalli retira son casque et descendit de la "moto".


- Reste là, je vais vite prévenir le docteur! Heu... Si tu as le moindre problème tu appuies là et j'accourerai, au pire il y a une arme sur le côté gauche du guidon!


Cagalli lui fit un clin d'oeil et courut vers la faille avant de disparaitre aux yeux de Miriallia. Après avoir traversé un petit hagard où étaient rangées quelques motos elle arriva à l'ascenseur, déclina son identité et plongea dans les profondeurs pour rejoindre le petit village sous terre. En quelques mots elle dit bonjour au docteur et lui expliqua la situation puis au bout de dix minutes elle ressortit de la faille, le sourire aux lèvres elle avait obtenu ce qu'elle voulait.

- Le docteur t'attend! Vas y c'est tout droit puis tu suis les indications orales!

Miriallia descendit de la moto et Cagalli fit alors quelque chose qu'elle ne faisait vraiment jamais. Elle prit Miriallia dans ses bras et lui souhaita bonne chance. Au fond d'elle elle sentait qu'elles se reverraient un jour. Avant de se quitter, Miriallia lui donna les clefs de son skygrasper et Cagalli lui promit de l'apporter ici dans l'heure qui suivrait. Puis Miriallia se dirigea vers la faille s'en se retourner, d'un pas conquérant, et Cagalli sourit de la voir si prometteuse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spacegundam.actifforum.com
Miriallia
La petite fée de l'Archangel
avatar

Féminin Nombre de messages : 2057
Date d'inscription : 20/12/2005

Carte d'accès
Race: Naturelle
Camp: Orb
Compétences: pilote de SkyGrasper, soldat 2me classe, soutien moral

MessageSujet: Re: La sérénité du désert   Lun 12 Mai 2008 - 17:14

La façon de faire de Cagalli plut beaucoup à Miriallia. Pas de manières, une façon de foncer abracadabrante, mais un coeur grand comme ça. Avant même d'avoir eu le temps de dire "ouf", elle se retrouvait devant le docteur.

- Bonjour, mademoiselle ! Il lui tendit une main fraîche et franche.

- Bonjour, sourit Miriallia en la serrant.

- Que puis-je pour vous ?

Miriallia hésita sur la manière dont elle devait formuler sa demande. Elle avait peur d’être trop directe et de trop se livrer. Après tout, malgré le bien qu’en avait dit Cagalli, elle ne le connaissait ni d’Ève ni d’Adam. Elle se lança dans un semblant d’explication :

- J’ai entendu que vous étiez technicien des Gundam d’Orb…

Il la reprit aussitôt :

- C’est un job que j’ai fait, mais soyons clairs : je suis tenu au secret et mon véritable métier se situe dans une branche plus scientifique : la recherche.

Miriallia ravala sa réplique. En aucun cas elle ne voulait de ses secrets !

- À quel niveau ?
se contenta-t-elle de demander.

- Je m’occupe de l’anatomie humaine, et plus précisément de l’ADN humain…

À ces mots, Miriallia eut l’impression qu’une bombe explosait dans sa tête. Elle eut soudain envie de s’enfuir à toutes jambes…
En voyant sa tête, il comprit que quelque chose n’allait pas. Il dit doucement :

- Excusez-moi. En réalité, Cagalli m’a dit que vous vouliez faire auprès de moi un stage en sciences techniques, que c’est ce que vous étudiez à Héliopolis.

Miriallia sourit et hocha la tête. Cagalli avait pensé à tout…

- Je suis seul dans mon laboratoire pour mener plus vite mes recherches, mais j’apprécie beaucoup la compagnie ! Je serais ravi de vous prendre comme stagiaire le temps que vous voudrez…

- Je vous remercie, monsieur Goseki. Je vous en prie, appelez-moi Miriallia.


Miriallia passa ainsi trois jours avec lui et acquit de nouvelles bases dans toute une série de domaines. Ses études à Héliopolis lui étaient d’un grand secours. Très vite, il apparut qu’ils avaient des affinités et le tutoiement s’installa, naturel. Après deux soirées à parler passionnément d’une molécule de carbone et de tous les alliages qui en découlent, ils commencèrent à parler d’eux, de leurs vies. Miriallia apprit que Tohru Goseki avait perdu ses deux fils et sa femme dans une maladie génétique et que c’était ce qui l’avait poussé à se spécialiser dans ce domaine pour éviter d’autres morts. Une relation d’amitié s’établissait lentement mais sûrement entre eux. Il lui parla de son expérience, de ses convictions, de ce qui le poussait à s’isoler dans le désert pour mener ses recherches. Miriallia écoutait et retenait.
Après avoir passé une semaine avec elle, Tohru lui dit d’un coup :

- Je crois avoir deviné la raison pour laquelle tu es ici, Miri.

Elle ne se doutait absolument pas de ce qu’il allait lui sortir.

- Ah bon ?

- Je crois même pouvoir réaliser ton désir…


Intriguée, elle attendit la suite. Il murmura si bas qu’elle crut avoir mal entendu :

- Je peux te rendre Coordinatrice dans ce labo.

- Coor…


Le monde cessa de tourner pour Miriallia. On lui proposait une énormité, c’était impossible.

- Je tiens cependant à m’expliquer. De toute ma vie, je n’ai proposé cela qu’à deux personnes. Tu es la troisième. Si je le fais, c’est parce que je sais que tu feras bon usage de ta force et que cela t’aidera à apaiser ton cœur.

Miriallia ne disait toujours rien. Elle regardait droit devant elle. Elle n’avait qu’un seul mot à dire. Un seul. Et elle se mettrait sur un pied d’égalité avec ceux qui lui semblaient si lointains… Elle avait enfin atteint l’objectif qu’elle s’était fixé. Devenir forte… Puis, soudain, elle pensa à une multitude de choses auxquelles elle n’avait pas encore réfléchi. Une fois coordinatrice, quel serait la réaction de son entourage ? Est-ce que cela impliquerait son départ des Forces Terriennes ? Est-ce que ça bouleverserait sa vie, jusqu’ici menée dans la félicité ? Elle ferma les yeux. La réponse à ses questions était là, en elle. Il lui suffit de se retrouver pour savoir enfin ce qu’elle pensait réellement des coordinateurs. Ils étaient avant tout des êtres humains. Mais, à cet instant, un autre aspect de leur nature apparut à Miriallia. Ils étaient des gens à qui on avait enlevé une liberté de choix. Devenu coordinateur, quel autre choix que celui d’exceller ? Se défendre toute sa vie d’un choix que les géniteurs ont fait, quel but ? Il lui apparut aussi clairement que l’erreur était là. Les Naturels et les Coordinateurs ne se respectaient pas dans leurs différences. Chacun était sans cesse obligé de se justifier et de s’expliquer quant à sa nature. La guerre ne prendrait pas fin tant que ça ne serait pas compris.
Miriallia sourit et ouvrit les yeux. Elle regarda Tohru et dit d’un ton clair, doux mais déterminé :

- Non.

Il sursauta :

- Pardon ?

Une larme coula le long de la joue de Miriallia. Elle n’aurait pu dire si c’était de joie ou de tristesse. Elle répéta :

- Non.

Son choix était fait. Elle ne reviendrait plus en arrière.

- Je suis une Naturelle. C’est vrai, je veux devenir forte. C’est vrai, si je pouvais, je prendrais tous les superpouvoirs qui existent dans les livres. Mais pas comme ça. Je refuse de me plier à l’éternelle loi du plus fort en transformant ce qui fait partie de moi. Je veux croire en la capacité de l’homme à vivre malgré ses tares, je veux croire en la capacité que nous avons tous à vivre sans conflits.

Miriallia sourit et essuya son visage du revers de la main.

- Tu es sûre de toi, à ce que je vois. Tu es la troisième personne à refuser mon offre…

Le docteur ne la regardait pas, mais il acquiesça.
Avec une insouciance folle, Miriallia éclata nerveusement de rire. Elle devait décompresser. Après des nuits d’angoisse et de doutes, elle avait retrouvé son équilibre. La petite fée était revenue.

- Ce n’est pas parce que je refuse de devenir Coordinatrice que je compte m’exposer à leurs attaques et me laisser tuer ! Pendant que nous parlions, j’ai trouvé ce que je voulais. Je peux trouver un moyen pour me battre sur un point d’égalité avec eux sans rejoindre leurs rangs.

- Je ne suis pas, là…


Tohru Goseki contemplait Miriallia. Sa joie était communicative. Il comprenait pourquoi elle lui avait tant plus. Elle possédait cette capacité à détendre son entourage, à l’encourager, à le détendre. Elle était pleine de vie et sous les rires de l’adolescente perçait déjà la femme d’exception.

- Eh bien, nous allons améliorer mon SkyGrasper !

- Tu sais… il est déjà performant… (je te signale qu’il y a deux minutes tu étais en dépression, c’est quoi ce revirement ?)

- Quel enthousiasme ! Je me sens soutenue ! Allez, viens !


Sans attendre sa réponse, elle le prit par la manche et l’emmena vers le projecteur. Elle fouilla les tiroirs de la table de travail pour en tirer triomphalement les plans de son SkyGrasper. Elle les plaça sur le projecteur et indiqua une série de points où pouvaient s’articuler des annexes et des suppléments.

- Il faut simplement mieux l’équiper…


Tohru remit ses lunettes en place. Il avait compris. Après un clin d’œil complice, il lança :

- On va travailler par points forts et points faibles. Le premier atout des Coordinateurs, c’est la vitesse. Il faut donc qu’on se débrouille pour augmenter la maniabilité de ton SkyGrasper et réduire le temps entre le moment où tu appuies sur une touche et la réaction de l’appareil. Commençons par ça, puisque tu ne me laisses pas le choix.

Toute la soirée, ils échafaudèrent des plans en travaillant sur d’un côté les Coordinateurs et de l’autre côté le SkyGrasper. Par tableaux interposés de points forts/points faibles, ils firent les hypothèses les plus folles, les plus osées, en prenant note de tout ce qui leur passait pas la tête. L’apport de Tohru était considérable. Ses connaissances techniques étaient très avancées et particulièrement efficaces.
Ce soir-là, Miriallia se coucha sereine. La semaine qui arriva fut particulièrement fatigante. Une fois le projet mis correctement sur papier, il fallait tout monter sur le SkyGrasper. Leurs journées étaient longues mais ponctuées de rires et de complicité. On eût dit un père et sa fille…
Au final, le SkyGrasper ressemblait de loin à un SkyGrasper, mais de près, on voyait qu’il avait une configuration différente. En fait, la principale nouveauté, invisible à l’œil nu, était sa vitesse de réaction et d’action. Mais on avait ajouté sous le ventre de l’avion une plaque noire rotative sur laquelle étaient fixées une dizaine de petites tourelles de tir dont les tours préparés et programmés par l’ordinateur de bord permettraient un tir de barrage qui, combiné à celui de l’Archangel, deviendrait infranchissable.
De part et d’autre de nez, quatre canons à particules pouvant tirer simultanément dans des directions différentes, plus performants que ceux existant déjà sur le SkyGrasper.
En enfin, pour favoriser la technique favorite de Miriallia, un système ne rendant pas la chute libre moins dangereuse mais qui consistait à rentrer les ailes au-dessus de la plaque noire et donc augmentait considérablement la vitesse de la chute et donc la surprise chez l’adversaire. Dans cet optique-là, les tirs de missiles avaient été disposés différemment, de façon à avoir un meilleur angle de pénétration et de tir.
Côté esthétique, bien sûr, ce n’était pas la gloire, mais le SkyGrasper3 était devenu le partenaire de Miriallia, qui finalement se fichait pas mal de son apparence. Elle savait que c’était stupide de s’attacher à un engin de combat, mais elle n’accepterait qu’à contrecœur de piloter autre chose.

- Mais nomme-le, voyons !

Miriallia se retourna, estomaquée. Comment avait-il deviné ?

- Premièrement, je vois que tu en meurs d’envie… Deuxièmement, après le travail que nous avons accompli, c’est la moindre des choses, non ?


Miriallia réfléchit un instant.

- Il faut tenir compte de l’endroit désertique et brûlant qui l’a vu naître… Je propose… Lucifer !

C’était adopté. Miriallia prit alors conscience du fait qu’elle allait quitter Tohru en repartant.

- Tais-toi, Miri, ne dis rien et repars… l’Archangel t’attend.


Miriallia s’inclina profondément.

- Je me souviendrai toujours de la patience et de la bienveillance dont tu as fait preuve avec moi lorsque j’étais dans l’angoisse. À ce titre, je me réserve le droit de te rappeler de temps en temps mon existence… par une visite ou une communication…

- Comme tu voudras…


Miriallia lui sourit et monta à bord de son SkyGrasper. Officiellement, il appartenait à l’Alliance, mais Maryu arrangerait ça… Quand elle le fit décoller, elle se sentit soudain heureuse. Elle n’oubliait pas le docteur Goseki mais comment résister à l’appel du ciel bleu ? Il s’offrait à elle, dans toute son étendue.
Elle eut une pensée pour Cagalli en survolant le camp du Désert de l’Aube. Quelque chose lui disait qu’elle la reverrait… Pour lui marquer un signe d’estime, elle fit une vrille au-dessus du poste de commandement et lâcha une salve de tirs au rythme morse, jusqu’à former C-A-G-A-L-L-I. Elle comprendrait…
Puis, elle prit son casque et ouvrit la radio. Elle se brancha sur la fréquence de l’Archangel.

- Ici Archangel.

- Caporal Pal ? C’est Miriallia. Je rentre.


Au sourire qu’elle lut sur son visage, elle sut qu’elle avait manqué à l’Archangel autant qu’il lui a avait manqué…

[HRP] Malgré les messages du topic raccourcis, il s'agit bel et bien du topic commencé il y a belle lurette par Cagalli et moi... enfin la fin^^ Vos prochaines retrouvailles avec nos personnages se produiront deux ans plus tard ![/HRP]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spacegundam.actifforum.com/fiches-validees-f7/miriallia-t
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La sérénité du désert   

Revenir en haut Aller en bas
 
La sérénité du désert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tuto haradrim, opération désert
» Le Roster de la WWE qui ne sert à rien ...
» [22/04/11] Une news qui sert à rien
» Mission au dangereux désert de Salterens...
» L'Etablissement des Chiens du Désert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gundam Seed Mobile Suit RP :: Archives :: Archives du RP-
Sauter vers: