Gundam Seed Mobile Suit RP


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 A contre courant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edward Lightner
Constructeur de gundam
avatar

Masculin Nombre de messages : 479
Age : 29
Date d'inscription : 04/05/2006

Carte d'accès
Race: Naturel
Camp: Eurasie
Compétences: Diplomatie, pilotage, commandement

MessageSujet: A contre courant   Dim 11 Mai 2008 - 21:54

Les rayons du soleil se reflétaient sur l'imposante limousine noire qui montait en direction du Parthénon. À son bord ? Edward Lightner, dirigeant du Conseil Exécutif de Cristallicia et Commandant de ses Forces de Défense. Avec lui venaient deux conseillers, un homme et une femme, l'un spécialisé en économie tandis que l'autre excellait en géopolitique.
Confortablement installé dans son siège en velours rouge sombre, vêtu de son uniforme de parade des Forces de Défense, noir et or, un insigne étoilé brillait sur sa poitrine, signe d'un commandement spatial, et à son col apparaissaient les deux ailes d'argent d'un phénix, emblème de l'escadron Spectre.
À ses poignets se voyaient des boutons de manchette représentant quatre phénix volant autour d'une étoile argentée, emblème de Cristallicia.
Toutefois, il ne portait pas son blaster laser à sa ceinture, après tout il se rendait à une conférence pour la paix... Autant maintenir les apparences...

Tout en contemplant au travers des vitres teintées de sa limousine la mer Méditerranée, Edward buvait d'une main sa boisson favorite... le martini blanc. En face de lui, ses deux conseillers vérifiaient, une énième fois, leur encombrante paperasse.
Lightner pensait à présent à sa future entrevue avec les dirigeants de l'Eurasie. Mais pas vraiment pour discuter paix et philosophie...
Dans un autre coin de son esprit machiavélique et tordu, il pensait au sujet que voulait soulever cette encombrante Charmian Larmilla. Mais bon sang ! Pourquoi fallait-il qu'une bonne femme vienne mettre des bâtons dans les roues de ses projets au plus mauvais moment ? Il allait devoir jouer serré...
S'il avait initialement pensé à une tentative d'assassinat, Lightner avait dû à regret y mettre un terme. En effet la sécurité mise en place était à la hauteur de l'événement. Tant et si bien qu'il ne s'était encombré que d'un seul garde du corps. En fait, juste pour montrer à tous son importance.

Toutefois le séminaire avait un avantage. Se sentant menacés par la paix, les dirigeants agressifs de l'Eurasie seraient faciles à approcher et à convaincre d'accentuer la coopération Eurasio-Cristalécienne, déjà sur de bonnes voies avec la reconstruction du satellite d'Artémis. Cela Lightner s'était promis d'y venir. Il lui faudrait également montrer sa volonté de faire avancer les choses... mais pas dans le sens de Charmian Larmilla.

Dans cette optique, il tenait à souligner la capacité de Cristallicia à déployer des troupes pour faire office de forces d'Interposition. En réalité de contrôle de zone... Certes, Charmian Larmilla ne serait pas ravie d'apprendre qu'un dirigeant commençait à se proposer de déployer encore davantage de troupes sur les théâtres d'affrontement, mais l'opinion publique n'avait encore jamais vu les Forces de Défense se déployer pour autre chose que le maintient de l'ordre. Sa crédibilité en était renforcée.
De cette intervention découlerait la suivante : Cristallicia ne pouvait se permettre d'assurer ces forces que dans la mesure où sa politique interne de Conscription, encore à ses débuts, n'était pas entravée.

De même, Lightner voulait avancer et concernant la question lunaire, il ferait la suggestion d'un retrait des Forces de ZAFT présentes sur l'autre face de la Lune. Tout un chacun connaissait le triste jour où Copernicus City avait été bombardé, alors que Siegel Clyne avait été justement retardé. En effet, quel était l'intérêt stratégique d'une base de ZAFT si près de celle du cratère Ptolémée alors qu'elle ne pouvait servir que dans une optique offensive ? S'il parvenait à forcer les coordinateurs de ZAFT à abandonner leur base, cela renforcerait la FFT tout en libérant davantage ses forces.
Enfin, Lightner désirait mettre en avant son désir de constituer une Force d'Interposition avec pour embryon les Forces de Défenses de Cristallicia et l'armée d'Orb. Il réussirait ainsi à entrainer Orb dans le conflit avant d'en prendre la tête sitôt qu'il serait parvenu à éliminer sa classe dirigeante...

Tels étaient ses objectifs :
- Renforcer ses liens avec l'Eurasie
- Le positionnement de ses troupes en des lieux stratégiques
- L'adjonction des troupes d'Orb à ses forces
- Le démentèlement de la base lunaire aux mains de ZAFT sur la face caché de la Lune.

Tout à ses pensées, Lightner remarqua tout juste qu'il était arrivé. La limousine, portant à l'avant deux petits fanions aux couleurs de Cristallicia, se gara devant l'entrée principale. L'adjoint du chauffeur sortit en vitesse et alla ouvrir la portière de Lightner. Celui-ci ajusta sa casquette de commandant puis en sortit, sous un crépitement de flashes photographiques. S'affichant sous son plus beau sourire, celui signifiant "je suis un homme de bien", il salua de la main les média et les diverses personnes assemblées. Avançant d'un pas, il serra la main à l'assistant de Charmian Larmilla venu l'accueillir. La poignée de main officielle dura quelques secondes, le temps que les journalistes fassent leur office. Puis ils se quittèrent sur quelques mots courtois. N’ayant nul besoin de fendre la foule, les personnalités bénéficiant d'un corridor constituée de barrières de velours, Lightner prit son temps, suivi de près par son garde du corps en smoking et par ses deux conseillers.
Non loin de lui, il entendit une journaliste parler dans la direction de son caméraman, malgré le brouhaha alentours :


"- ...et à l'instant nous avons pu assister à l'arrivée du représentant de Cristallicia, le Colonel Edward Lightner, dirigeant son Conseil Exécutif..."

Sans plus se préoccuper de tout cela, Lightner franchit les portes donnant sur l'impressionnant bâtiment abritant le séminaire. Presque immédiatement, il fut abordé par une journaliste agréée, portant le logo d'un des plus grands organes de presse d'Orb :

"- Colonel Lightner, quelques mots pour l'Epervier ?

- Certainement, je vous en prie...

- Colonel, dans quel état d'esprit abordez-vous ce séminaire ?

- L'initiative de Madame Charmian Larmilla est remarquable, toutefois il est à craindre que tous ne comptent pas suivre l'idée de la paix.

- Pensez-vous donc que son projet n'aboutira pas ?

- Je ne me le permettrais pas, toutefois l'histoire nous a hélas enseigné que certaines idées doivent êtres imposées.

- Quelles mesures désirez-vous suggérer pour le futur ? L'emploi de la force y figure-t-il ?

- Le conflit s'est enlisé à un tel point qu'un arrêt des combats définitifs semble bien éloigné. Dans cette optique, je vais proposer la mise sur pied d'une Force d'Interposition issue de ma colonie et conjointement avec les Forces Armées d'Orb, sous la direction de Madame Charmian Larmilla et bénéficiant d'un commandement militaire conjoint. Peut-on espérer des garants de la paix plus impartiaux ? À présent, si vous voulez bien m'excusez...

- Certainement, merci pour vos propos Colonel."

Lightner s'éloigna rapidement, mais pas trop, cherchant la loge de sa délégation.

_________________
Les humains sont incapables de s'entendre. Il faut imposer l'ordre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miriallia
La petite fée de l'Archangel
avatar

Féminin Nombre de messages : 2057
Date d'inscription : 20/12/2005

Carte d'accès
Race: Naturelle
Camp: Orb
Compétences: pilote de SkyGrasper, soldat 2me classe, soutien moral

MessageSujet: Re: A contre courant   Mar 20 Mai 2008 - 16:14

Une jeune fille se promenait – ou du moins semblait le faire – dans les couloirs de l’hôtel accueillant les plus grandes pointures invitées à la Conférence. Un sac noir en bandoulière, contenant à n’en pas douter un appareil photo et du matériel journalistique, elle marchait au petit bonheur de la chance. Dans la poche de son chemisier mauve, une carte d’accès pour tous les lieux fréquentés par les intervenants de la Conférence d’Athènes. Mais quelque chose posait question dans l’attitude de la jeune fille. Elle ne portait aucun badge signalait son appartenance à tel ou tel autre grand quotidien. Non, elle avait simplement attaché un petit carton avec son nom, son prénom et le nom de l’endroit où elle étudiait : l’École de Panama. Réputée pour sa formation en communication, journalisme et autres filières du genre. Une question se posait immanquablement alors : l’École avait-elle décidé d’ouvrir un journal ? De faire un rapport sur le sujet ? D’ouvrir un séminaire à ce propos ? Tout bon observateur aurait vu qu’elle n’était pas la seule à porter ce badge. Non, ils étaient cinq à arborer les couleurs de l’École de Panama. Cinq étudiants en dernière année, qui rédigeaient une étude poussée sur la Conférence d’Athènes. Une fois le long travail accompli, ils seraient diplômés. Leur collaboration tenait au fait qu’ils étaient tous intéressés par les questions militaires en milieu actuel. Et, c’était là ce que tous ceux qui les croisaient ignoraient, ils étaient également soldats dans les Forces Fédérales Terriennes. Envoyés par le haut commandement pour peaufiner leur formation dans le domaine. Leur regard sur la Conférence d’Athènes était donc tout à fait novateur et compétent. À une précision près : ils étaient pacifistes.

Miriallia poussa un long soupir. Quand ils avaient divisé les tâches, pendant le petit-déjeuner, elle avait refusé d’interviewer les officiers des Forces Fédérales Terriennes qu’elle connaissait. Comme tous ses amis. C’était hors de question, et les priverait bêtement d’une analyse sur le caractère et l’attitude habituelle des personnes concernées. Mieux valait une interview neutre. Enfin, le plus possible. Il avait été décidé que Miriallia se chargerait du Représentant de Cristallicia. Bien entendu, cela passait par une préparation, que la jeune fille n’avait pas négligée. Le cursus d’Edward n’avait plus de secrets pour elle, pas plus que sa mentalité et ses stratégies. Du moins en théorie…
Une sonnerie interrompit le fil des pensées de Miriallia. Décrochant sans attendre, elle entendit la voix de Michaël :

- Miri ? Je viens de terminer avec Murta Azrael. Ryan s’est occupé aussi de Yuzumi Nara Athla, Lionel de Patrick Zala et Mona de Siegel Clyne. Nous partons déjà en salle de réunion pour recouper nos infos avant le début de la première conférence. Où en es-tu ?

- Toujours à faire le pied de grue dans l’hôtel de Lightner… soupira Miriallia.

Un rire retentit au bout du fil.

- Pas de chance ! Tu es bonne dernière ! Bon, écoute, ce n’est pas grave si tu manques le début… On est à quatre dessus, ça devrait aller. Fais-moi un appel en absence dès que tu as fini, OK ?

- Parfait. Je vous tiens au courant.


Au moment où elle raccrochait, Miriallia entendit des bruits dans la rue. Des flashes crépitaient, des journalistes s’époumonaient… elle sourit. La délégation d’Edward Lightner était arrivée. Songeant qu’elle allait sans doute se faire remballer mais se disant que si ses amis avaient pu convaincre leurs personnalités de leur accorder une entrevue, il n’y avait aucune raison pour qu’elle n’y parvienne pas. Redressant la tête, elle vit l’homme en question franchir un à un les cordons de sécurité. Ses gardes du corps ne le quittaient pas. Le colonel arborait un sourire de circonstance, de bonne humeur, apparemment. Mais Miriallia avait assez d’expérience pour déduire qu’il était plutôt sur les nerfs. Regrettant de devoir l’aborder aussi tôt, mais sachant qu’elle devait le faire, elle se redressa, remit en place le veston de son tailleur et, priant le ciel pour que ses talons ne la fassent pas trébucher en ce moment crucial, s’avança vers Lightner. Son sourire était avenant, sa démarche sûre. Les années de guerre l’avaient rendue forte.

- Colonel Lightner, un instant, je vous prie.

Surpris, car aucun journaliste n’avait théoriquement le droit de pénétrer l’endroit, il lui rendit son sourire, bien obligé, mais fit un geste à la sécurité. Sécurité qui s’empressa de vérifier la carte d’accès de Miriallia. Craignant que le colonel la prenne pour une intervenante de la Conférence, elle continua, sans s’inquiéter des fouilles :

- Miriallia Haw, de l’École de Panama. Je rédige actuellement une étude sur la question militaire actuelle, et dans ce cadre… je voudrais recueillir vos impressions avant le début de la Conférence.

Miriallia se garda bien de dire que l’étude prévoyait l’interrogation systématique après chaque conférence, mais quelque chose la retenait. Il serait temps d’insister plus tard.

- Si vous voulez bien me suivre, Madame Charmian Larmilla a mis à notre disposition – car nous sommes plusieurs à réaliser cette étude – une pièce dans l’hôtel.

Sans attendre de réponse, Miriallia tourna les talons et se dirigea vers la pièce en question, espérant de tout cœur que le colonel allait la suivre. Tâchant de paraître inébranlable, elle marcha en regardant droit devant elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spacegundam.actifforum.com/fiches-validees-f7/miriallia-t
Edward Lightner
Constructeur de gundam
avatar

Masculin Nombre de messages : 479
Age : 29
Date d'inscription : 04/05/2006

Carte d'accès
Race: Naturel
Camp: Eurasie
Compétences: Diplomatie, pilotage, commandement

MessageSujet: Re: A contre courant   Jeu 22 Mai 2008 - 22:08

Suite à l'intervention de la jeune Haw, nombre de visages se tournèrent vers elle et Lightner, attendant la réaction du Colonel.
Lightner aurait volontiers trucidé cette jeune insolente, mais son culot lui valait bien de rester en vie. Et puis, assassiner une jeune étudiante en plein Séminaire pour la paix aurait fait désordre. La pauvre Charmian Larmilla en aurait pleuré...
Et puis cette ouverture lui permettrait de faire un peu plus parler de ses projets... ceux publics en tout cas...
Se targuant de son plus beau sourire, Lightner déclama à l'adresse des personnes alentours :


- Ah ! Ces jeunes, toujours impatients ! Mais ce sont eux qui prendront la relève, alors autant satisfaire Madame Charmian Larmilla et sa bande de journalistes en herbe...

Des petits rires discrets vinrent accueillir cette déclaration, alors qu'Edward emboîtait tranquillement le pas à Miriallia, un sourire au bout des lèvres.
Envoyant ses assistants dans leurs appartements, il laissa simplement son garde du corps à l'entrée de la pièce où il entra, à la suite de la jeune journaliste.
Prenant place dans un confortable fauteuil, il enleva sa casquette avant de demander à l'adresse de Miriallia :


- Alors Mademoiselle Haw ? De quoi voudriez-vous m'entretenir?

_________________
Les humains sont incapables de s'entendre. Il faut imposer l'ordre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miriallia
La petite fée de l'Archangel
avatar

Féminin Nombre de messages : 2057
Date d'inscription : 20/12/2005

Carte d'accès
Race: Naturelle
Camp: Orb
Compétences: pilote de SkyGrasper, soldat 2me classe, soutien moral

MessageSujet: Re: A contre courant   Ven 23 Mai 2008 - 20:05

La réplique du colonel confirma le pressentiment de Miriallia : il était sur les nerfs, et pas qu’un peu. Elle faillit se retourner et répondre du tac au tac qu’elle ne connaissait pas personnellement Madame Charmian Larmilla, qu’elle n’était pas une journaliste en herbe, qu’elle étudiait suffisamment pour mériter une autre qualification et qu’elle était là uniquement grâce à ses résultats et à l’initiative brillante qu’elle avait eue. Mais l’attitude journalistique qu’on lui avait insufflée à l’Ecole faisait déjà son office, et elle contint sa langue, souriant poliment à son interlocuteur. Ses petits talons claquèrent agréablement sur le parquet du chemin qui menait à la pièce réservée par la prévenance de Madame Larmilla qui, il fallait le reconnaître, s’était montrée enthousiaste à l’écoute de leur projet.
Lightner la suivait ! Miriallia ne se retourna pas. Pour rien au monde elle ne lui aurait montré la jubilation qu’elle ressentait à cet instant précis ! Elle entra dans la pièce, le fit passer et referma derrière lui. Immédiatement, Lightner prit ses aises dans l’unique fauteuil de la pièce. Cela ne choqua absolument pas Miriallia ; l’attitude était normale pour un supérieur des hautes sphères. Elle tira rapidement une chaise à elle et s’assit en face de lui, sortant un dictaphone et le mettant en marche. Sans jouer les frêles jeunes filles ni les conquérantes débordant d’assurance, elle dit d’un ton posé, refusant de se laisser impressionner :

- Je vous remercie de nous donner une partie de votre précieux temps. Je vous propose, afin d’aller au plus vite, d’écouter plusieurs de mes questions et d’y répondre en une seule fois. Sauf si vous préférez une autre formule, bien entendu. Je veux également vous donner l’assurance que vos propos ne seront pas divulgués à la presse mais conservés dans nos archives privées, et utilisés dans le seul cadre de notre étude, placée sous les règles de l’École.

Miriallia se rendit compte de l’arrogance de sa dernière phrase. Mais peu lui importait. C’était la vérité, et même s’il y avait très peu de chances que le colonel lui dise des choses confidentielles, il devait savoir. Elle s’étonnait d’ailleurs qu’il ne lui demande pas l’intitulé de son étude. Parce que se lancer dans une série de questions-réponses sans savoir le but de son interlocuteur revenait à se laisser cuisiner à petit feu… Pourtant, c’était bien ce que Michaël, Ryan, Lionel, Mona et Miriallia espéraient : amener leurs interlocuteurs à faire des fautes au cours des entrevues répétées, pour pouvoir retracer leurs objectifs réels. Et ainsi avoir une étude inédite sur la paix. Enfin, Lightner ignorait une dernière chose : qu’elle appartenait aux Forces Fédérales Terriennes et qu’elle avait accès à énormément d’analyses et de fichiers traitant de la guerre. Mais Miriallia savait que dès leur prochaine entrevue, il aurait fait son enquête et saurait exactement qui elle était, sans doute grâce à un dossier qui donnerait jusqu’à l’âge auquel elle avait perdu sa première dent.
Lightner était maître de ses réactions, et la jeune fille se doutait qu’il passait les siennes au peigne fin. De toute façon, il y avait peu de chances que Miriallia arrive déjà à l’emmener là où elle le voulait. Il s’agissait de sa première confrontation avec le personnage, aussi voulait-elle d’abord découvrir ce qu’il était vraiment, sans doute différent de ce que tous les dossiers disaient de lui.

- Pourriez-vous retracer rapidement votre carrière ? Vous vous dites favorable à la recherche de solutions pacifiques, selon une interview à l’Echo datée d’il y a exactement trois semaines. Considérez-vous la paix comme faisant partie de ces solutions ? Quand avez-vous ressenti l’importance de la paix dans votre parcours ?

Il devait se demander quel était le sens des questions… Pour le moment, elles ne portaient pas vraiment sur la Conférence. Mais Miriallia voulait savoir comment il se présenterait lui-même. Cela lui permettrait de déduire énormément de choses. Espérant qu’ils garderaient tous deux leur sang-froid durant toute l’interview, elle attendit sa réponse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spacegundam.actifforum.com/fiches-validees-f7/miriallia-t
Edward Lightner
Constructeur de gundam
avatar

Masculin Nombre de messages : 479
Age : 29
Date d'inscription : 04/05/2006

Carte d'accès
Race: Naturel
Camp: Eurasie
Compétences: Diplomatie, pilotage, commandement

MessageSujet: Re: A contre courant   Sam 24 Mai 2008 - 0:02

La réponse de la jeune Haw à sa question eut au moins le mérite de le prendre au dépourvu, bien qu'il se retint d'afficher ce qu'il pensait sur son visage, sans quoi elle aurait vu deux yeux ronds comme des ballons...

*Ben voyons... L'assurance que rien ne sera dévoilé... Mais me prenez-vous pour un obscur petit gratte-papier ? Ce n'est pas à un vieux singe que l'on apprend à faire la grimace*

Mais bon sang, par tous les cataclysmes ! Comment une gamine pouvait-elle croire que les règles d'une quelconque école importaient au dirigeant d'une des plus grandes colonies neutres du monde ?
Lightner s'en fichait comme de sa première chemise. Il se promit dans un coin de son machiavélique esprit de raser cette école dès que possible... non mais. Mais à présent, il y avait plus urgent. En effet cette petite lui donnait l’occasion rêvée de peaufiner son petit discours devant le monde entier…
Prenant son air le plus courtois, Lightner fit mine de réfléchir quelques instants, son index judicieusement placé sous son menton, avant de braquer son regard droit dans les yeux de Miriallia :


"- Vous êtes bien informée. En effet, je me suis déclaré favorable à des solutions pacifiques, toutefois vous ne citez pas tout l’article et c’est bien dommage. Car si je suis favorable à des solutions pacifiques, je suis contre la politique de l’autruche consistant à attendre que les pires moments passent. J’ai en effet une assez longue expérience de la diplomatie à la pointe de la baïonnette, ce qui peut paraître surprenant étant donné que je n’ai que 22ans… Mais j’ai intégré les Forces de Sécurité de ma colonie à l’âge de 18 ans et en ai très vite grimpé les échelons. J’étais présent après la tragédie de Copernicus, faisant partie de l’escorte armée de nos moyens humanitaires déployés en urgence. J’ai vue la sauvagerie des hommes, et je crois que certaines idées devront être imposées. C’est inévitable.
Mais l’importance de la paix ne m'est apparue qu’après l’assassinat de mon père. Il m’est alors apparu que le monde devait faire la paix, sans quoi davantage d’enfants perdraient leur parents. Et vice-versa. Mais on ne peut tout simplement pas supprimer nos forces armées, car il restera toujours des personnes prêtes à tuer sans vouloir passer par la table des négociations."

Lightner se garda bien d’ajouter qu’il s’incluait dans cette dernière catégorie… Réfléchissant à la meilleure façon d’aborder son envie d’allier ses forces à Orb pour les déployer sur le terrain, il se dit soudain que cette jeune femme pourrait peut-être servir plus que prévu…

"- Mais dites-moi ? Suis-je le seul à être interviewé par votre école ? "

Et histoire de paraître encore plus sûr de lui et décontracté, Lightner s'adossa contre le fauteuil et plaça une jambe par dessus l'autre en guettant la réaction de sa journaliste en herbe...

_________________
Les humains sont incapables de s'entendre. Il faut imposer l'ordre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miriallia
La petite fée de l'Archangel
avatar

Féminin Nombre de messages : 2057
Date d'inscription : 20/12/2005

Carte d'accès
Race: Naturelle
Camp: Orb
Compétences: pilote de SkyGrasper, soldat 2me classe, soutien moral

MessageSujet: Re: A contre courant   Dim 25 Mai 2008 - 19:22

Le temps de réflexion de Lightner ne surprit pas Miriallia. Il devait penser à la manière la plus pertinente d’arranger son portrait, de façon à ce qu’il soit le plus flatteur possible. Sa courte description la fit néanmoins sursauter. Oh, pas par son contenu – il ne lui apprenait rien – mais par le rappel de son âge. Elle avait beau le connaître, elle en prit conscience seulement à cet instant. 22 ans ! Le même âge que ses coéquipiers. L’âge auquel on sortait de l’Ecole de Panama, diplôme en poche. Elle-même avait obtenu bon nombre de dérogations, et son implication dans le conflit à cause ou grâce à Kira y était pour beaucoup. Seules quatre années séparaient Edward Lightner de l’envoyée des Forces Fédérales Terriennes. Miriallia ne dit rien. Elle mesurait toute la différence d’une information sur le papier et ses implications réelles. Mais le colonel y était pour quelque chose : il ne se comportait absolument pas comme quelqu’un de son âge. Edward Lightner était bel homme, possédant toute la force de la jeunesse, or ce n’était pas ce qu’il laissait percevoir. Il se comportait comme le Représentant de Cristallicia, ce qu’après tout il était. Est-ce la tâche qui l’a vieilli, ou lui qui s’est vieilli pour la tâche ? ne put s’empêcher de penser Miriallia.
Le colonel continuait sa longue diatribe. Et Miriallia ne put s’empêcher de sourire quand il évoqua l’interview qu’elle avait citée. Un bon point pour lui ! Il n’oubliait pas, comme bon nombre de politiciens, les déclarations qu’il avait faites. Mieux encore : il s’en souvenait dans leur intégrité. Miriallia aimait bien réutiliser les extraits des propos. Elle savait qu’on pouvait faire dire n’importe quoi à n’importe qui en reprenant une partie seulement d’un discours, et voir la réaction des personnes interviewées en disait long sur leur perception de tel ou tel sujet.
Mais si quelque chose dérangeait Miriallia, c’était bien les propos en eux-mêmes. Le colonel parlait de longue expérience ; or Miriallia n’arrivait pas à considérer quatre années de service comme une longue expérience. Ou alors, elle-même avait une longue expérience de la vie militaire et des Forces Fédérales Terriennes. Ou peut-être le statut qu’il occupait lui permettait d’assener pareilles paroles sans se faire inquiéter… Après tout, qui le contrôlait ? Qui se souciait qu’il ait ou non une longue expérience ? Il semblait l’avoir, et c’était à son avantage. Comme quoi… être sûr de soi change tout dans son métier, pensa-t-elle.
La suite ne rassura pas Miriallia. Certaines idées devaient être imposées ? Et le libre arbitre ? Elle repensait à son ami Lionel, qui voyait des dictateurs partout. S’il avait été à sa place, il aurait immédiatement repris Lightner en lui disant que tous les grands chefs des régimes autoritaires commençaient comme ça. Mais Miriallia voyait les choses légèrement différemment. Si certaines décisions avaient été imposées, la légendaire épopée de l’Archangel n’aurait pas eu lieu… Ce qui ne l’empêchait pas de condamner systématiquement ce type de pouvoir. Elle jugeait les propos du colonel trop rudes et déplacés dans le contexte de la Conférence, qui, justement prônait l’exact inverse.
Les dernières phrases du colonel firent hausser les délicats sourcils de Miriallia. C’est ça… Mais il se pose en défenseur de la veuve et de l’orphelin ! pensa-t-elle, effarée. Après tout ce qu’il venait de dire ! Elle n’eut pas le temps de creuser cette idée. Lightner continuait, s’adressant directement à elle. Elle ne prit pas la peine de laisser un temps de soi-disant réflexion avant de lui répondre.

- Nous sommes cinq à réaliser cette étude, qui constituera, pour ne rien vous cacher, le prochain rapport scientifique de l’Ecole de Panama.

Et vu l’influence, la réputation et l’inviolabilité de l’Ecole et de ses réseaux d’informations, l’impact qu’aura cette étude sera supérieur à tout ce que tu peux imaginer, cher colonel…pensa-t-elle en adoptant son traditionnel sourire de circonstances. Rien ne l’inquiétait. Tant qu’elle restait sous le couvert d’une innocente étude de fin de maîtrise, elle ne risquait rien.
Elle reprit mentalement le fil de l’interview et continua :

- Nous reviendrons sur votre conception de la solution pacifique dans un instant. Si vous permettez, dans quel contexte avez-vous reçu l’invitation pour la Conférence ? Cela a-t-il eu un impact sur votre approche de la Conférence ? Pensez-vous posséder ce que les grands quotidiens appellent « la conscience de la paix » ? Auriez-vous, à ce sujet, rencontré Siegel ou Lacus Clyne, voire Yuzumi Nara Athla ?

Miriallia reporta son attention sur son interlocuteur, prête à écouter sa réponse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spacegundam.actifforum.com/fiches-validees-f7/miriallia-t
Edward Lightner
Constructeur de gundam
avatar

Masculin Nombre de messages : 479
Age : 29
Date d'inscription : 04/05/2006

Carte d'accès
Race: Naturel
Camp: Eurasie
Compétences: Diplomatie, pilotage, commandement

MessageSujet: Re: A contre courant   Jeu 29 Mai 2008 - 23:57

Lightner se carra plus confortablement dans son fauteuil, afin de mieux réfléchir à sa prochaine démarche... Cette petite était douée, bon certes il n'était pas bien plus vieux qu'elle, mais il devait reconnaitre qu'elle avait du cran. Il devait aussi avouer qu'elle lui offrait l'occasion rêvée d'avancer un peu plus ses pions auprès du grand public... son esprit machiavélique tournait à toute vitesse pour exploiter au mieux la porte ouverte qu'il s'apprêtait à enfoncer.
Mais il devrait d'abord répondre à sa question, politiquement correct obligeait, avant de pouvoir commencer à montrer ses premières cartes.
Lightner prit son ton le plus sympathique possible, car après tout il s'agissait du début de son plan visant à supprimer les Atha...


-"J'ai reçu l'invitation au Séminaire en pleine conférence militaire concernant nos futurs déploiements, car Cristallicia ne laissera plus les terroristes et des dirigeant aveugles commettre des atrocités. Je pense plus particulièrement à la St Valentin Sanglante... Toutefois ce Séminaire est pour moi l'occasion de discuter avec le Lion d'Orb pour allier nos forces. De plus, sa fille elle-même pilote un MS offert par mes soins..."

Ca y est, le germe était planté. Quand le monde saurait que la fille du dirigeant prônant la paix se baladait avec un engin de guerre...

-"Toutefois, je ne pense pas posséder de consience de la paix. J'ai mes propres convictions. Et je les applique de mon mieux..."

Mais Lightner voulait aller encore plus loin, et rebondit sur son haussement de sourcils:

"- Mais dites moi, pourquoi ce haussement de sourcils ? Ai-je dit quelque chose de surprenant ?"

_________________
Les humains sont incapables de s'entendre. Il faut imposer l'ordre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miriallia
La petite fée de l'Archangel
avatar

Féminin Nombre de messages : 2057
Date d'inscription : 20/12/2005

Carte d'accès
Race: Naturelle
Camp: Orb
Compétences: pilote de SkyGrasper, soldat 2me classe, soutien moral

MessageSujet: Re: A contre courant   Mar 24 Juin 2008 - 19:49

Miriallia pâlit en entendant la réponse de Lightner. Elle reprit rapidement des couleurs, sans un mot. Mais elle commençait déjà à esquisser le portrait qu’elle ferait du colonel. Il s’arrangeait pour lui dire ce qu’il voulait. Sous un vague couvert de réponse, il lui transmettait des informations dont elle aurait dû s’insurger. Sa simple allusion à Cagalli Yula Athla fut insupportable. Le fait qu’il énonçait n’avait strictement aucun rapport avec la question, mais faisait office d’une véritable bombe à retardement. Seigneur ! Cagalli était-elle au courant de ce danger qui menaçait, tel une épée de Damoclès, de lui tomber dessus à tout moment ? Quelle chance que ce soit elle et pas Mona ou Michaël qui ait pris en charge Edward Lightner ! Car Edward ne pouvait pas savoir une chose : Miriallia connaissait Cagalli. Et pas qu’un peu. Depuis leur rencontre dans le désert sauvage, les deux jeunes filles s’étaient liées d’amitié, et Miriallia était venue à Orb entre deux sessions d’examens de l’École de Panama. C’était un joker qu’elle se devait de dissimuler soigneusement. La manipulation de son interlocuteur la mettait en colère. Offrir sous couvert pacifique un MS (quelle idée, déjà, d’offrir un MS en gage de paix !), puis s’en servir pour discréditer la personne en question… quelle malveillance ! N’aurait été la situation, Miriallia lui aurait fait comprendre en quelques mots bien placés ce qu’elle en pensait. Mais le même sourire superficiel vint orner ses lèvres. Miriallia s’effaça derrière la journaliste, qui reprit le contrôle de la situation.

- Le séminaire sera l’occasion de discuter avec Yuzumi Nara Athla, dites-vous. Vous espérez donc l’amener à changer sa position, lui qui soutient si ouvertement Charmian Larmilla ? N’avez-vous pas dit auparavant que vous souteniez son initiative ? Pourquoi allier vos forces, dans ce cas ?

Miriallia n’avait pas adopté un ton de voix agressif. Elle espérait que sa question semblerait ingénue, comme celle d’une journaliste qui n’a pas compris. Mais peut-être en demandait-elle trop… La suite des paroles de Lightner la surprit un peu. Quel homme surprenant… dire de front ne pas posséder la conscience de la paix, en plein séminaire… Pourquoi ne mentait-il pas à ce propos, comme tous les autres ? Singulier. Seulement, Lightner avait remarqué son haussement de sourcil lié à l’évocation de Cagalli. Il s’était même permis de lui en faire la remarque. Miriallia répondit posément :

- Peu importe. Cette histoire de MS offert à mademoiselle Yula Athla n’a pas été rendue publique, alors je devrai creuser un peu cette affaire…

Se doutant que c’était la réponse qu’Edward souhaitait, puisqu’il avait dû en parler dans ce but précis, Miriallia se demanda si elle oserait lui demander, à la fin des trois jours de Conférence : « Alors, colonel Lightner, lequel de nous deux a le plus tenté de manipuler l’autre ? ».
Considérant que le sujet était clos, Miriallia continua, en remarquant que Lightner avait soigneusement évité de parler des Clyne.

- Ne pensez-vous pas que cette Conférence pourrait vous amener à changer radicalement d’opinion sur le sujet ? Ensuite, pourquoi Cristallicia n’a-t-elle envoyé qu’un seul membre de son Directoire ? Les trois autres familles refusent-elles d’envoyer une délégation par peur de voir se reproduire un drame de l’ampleur de Junius7 ? Seriez-vous dans ce cas considéré comme une pièce sacrifiable sur l’échiquier de la colonie ? Ou alors comme le héros osant risquer sa vie ? Les événements de Junius7 n’auraient-ils pas, au contraire, renforcé le reste du Directoire dans des mesures de paix ?

Miriallia savait parfaitement que sa question frisait l’insulte. En se disant qu’elle n’allait sans doute plus obtenir d’interview de Lightner, sauf si elle était en présence de Charmian Larmilla, mais espérant tout de même le contraire, Miriallia le regarda dans les yeux. C’tait sans doute sa façon de se venger de l’attaque envoyée à Cagalli Yula Athla…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spacegundam.actifforum.com/fiches-validees-f7/miriallia-t
Edward Lightner
Constructeur de gundam
avatar

Masculin Nombre de messages : 479
Age : 29
Date d'inscription : 04/05/2006

Carte d'accès
Race: Naturel
Camp: Eurasie
Compétences: Diplomatie, pilotage, commandement

MessageSujet: Re: A contre courant   Jeu 26 Juin 2008 - 22:44

Avec son calme habituel, Lightner écouta tout autant qu'il scruta la réponse de la jeune journaliste. Quand on avait de si sinistres projets, il fallait bien!

Sa question concernant les Atha arrivait à point nommé. Décidément, elle pouvait bien être en faveur de la paix, elle faisait pratiquement le jeu de Lightner en ce moment même !
Justement ! Orb était la seule faction pacifique à avoir, paradoxe, la force militaire nécessaire ! Car Lightner voulait une alliance avec Orb, mais une alliance publique, montrant à tous que les deux factions s'interposaient pour la paix. Sauf que Lightner ne placerait pas ses troupes n'importe où...


"- Pour une raison toute simple. L'Homme. Coordinateur ou Naturel, il y a dans chaque camp, et ailleurs, des personnes qui n'écouteront pas le discours de Madame Larmilla. Croyez-vous qu'elles déposeront les armes après un beau discours ? Le feriez vous ? Non. Il faudra toutes les forces, au service de la paix, disponibles pour s'interposer et stopper les combats. Voir arrêter les leaders terroristes avec elles. C'est pour cela que je veux parler au Grand Lion d'Orb. Coaliser nos forces."

Toujours aussi "zen", Lightner commençait à s'ennuyer lorsque Miriallia toucha une corde sensible. Et là, ce fut le drame...

Lightner jura à voix haute tout en se levant d'un bond de son fauteuil. Etait-elle folle ? Par l'enfer, comment osait-elle l'insulter ainsi ?????
La fureur couvait en lui lorsque Lightner répondit:


"- Petite insolente ! Nous avons amèrement payé le prix des espoirs que nous placions dans la paix ! Mais ils ont été balayé par la violence ! Je suis le responsable de la Colonie ! Je ne suis ni sacrifiable ni un héros ! C'est pour cela que nous adhérons ainsi à la paix, car nous ne savons que trop bien que la seule parole n'amènera pas la solution... Maintenant je dois vous quitter... Pour le moment..."

Sa dernière phrase fut exprimée avec toute la chaleur du vide spatial, alors que Lightner sortait, des envies de meurtre aux lèvres...

_________________
Les humains sont incapables de s'entendre. Il faut imposer l'ordre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A contre courant   

Revenir en haut Aller en bas
 
A contre courant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Courant et Contre-Courant || Lydia
» S1E3 : A contre-courant
» A contre-courant [Arène-Eau]
» Tactique gobelins contre nains
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gundam Seed Mobile Suit RP :: Archives :: Archives du RP-
Sauter vers: